Euphuisme

Sorti ce week-end lors de la dictée de Belfort que je ne manquerai pas de commenter dans les jours à venir, le nom masculin euphuisme a interloqué quelque peu les participants.

Euphuisme vient de « Euphues » (du grec « euphuês bien né »), nom d’un personnage de deux ouvrages du XVIe siècle de l’écrivain dramaturge John Lyly, au style très précieux.

L’euphuisme correspond donc à « un style précieux et maniéré, à la mode sous le règne d’Élisabeth 1re ». Pour les puristes, il figure à la fois dans les éditions 2018 du Larousse et du Robert.

  • L’art des meilleures époques était populaire, intelligible (…). Mais, à d’autres moments de l’histoire, l’artiste se flatte de n’être compris que d’une élite (euphuïsme élisabéthain, « art pour l’art » de 1890). Maurois, Journal,1946.

Comme le rappelle Wikipedia, l’euphuisme est le précurseur du gongorisme, style littéraire mis en lumière par le poète espagnol Gongora, qui se caractérise par sa préciosité et ses recherches de style, abus d’images, métaphores, etc. En savoir plus ICI.

En l’absence de connaissance du mot, il paraissait bien difficile de l’orthographier de la bonne manière. La correction des copies a laissé apparaître pas mal de « de fuisme ». PH obligatoire et pas de tréma sur le I (ce qui semble ne pas avoir toujours été le cas).

euphuisme
Euphues-J.Lyly
Publicités

2 réflexions au sujet de « Euphuisme »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s