Gloriette

D’après le CNRTL, en 1160, glorïette avec tréma sur le I était un nom propre, en l’occurrence celui du palais du prince Guillaume d’Orange. Aux alentours de 1200, perdant son tréma,  gloriette désignait une petite pièce, puis une chambre située à l’étage le plus élevé d’une maison. Dès 1538, elle prend le sens de « pavillon de verdure dans un jardin », définition encore en vigueur au Robert :

  • On voyait au milieu des arbres les vieilles maisons de la rue du Tribel avec leurs treilles, leurs gloriettes enguirlandées de clématite (André Theuriet, Le mariage de Gérard, 1875).

Issu de l’ancien français [gloriegloire], ce nom féminin désigne également un « petit pavillon servant de belvédère », ou « une grande cage à oiseaux en forme de pavillon (volière) ».

gloriette
gloriette

 

 

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s