Ergastule

« Carlos Ghosn croupit au fond d’un ergastule depuis près de deux mois », tel est le début d’un tweet proposé ce jour par Le Monde correct. Quelle aubaine de découvrir ensemble ce mot qui date du XIVe siècle d’après le Robert, tiré du latin [ergastulum], adaptation du grec [ergastêrionatelier d’esclaves].

Dans l’Antiquité romaine, ergastule désignait « une prison souterraine, un cachot où l’on enfermait des détenus condamnés à des travaux pénibles ». Gustave Flaubert a employé ce nom masculin à plusieurs reprises dans ses romans :

  • « Une plainte continue monte du fond des ergastules. » (La tentation de saint Antoine).
  • « C’était la voix des esclaves dans l’ergastule. » (Salammbô).

L’ergastule servait également à l’hébergement des troupes de gladiateurs : 

  • « L’esclavage antique ! évidemment Spartacus, ce noble de Thrace organisant et entraînant la plèbe de ses compagnons d’ergastule, quelle leçon ! » (Paul Bourget, Nos actes nous suivent,1926).

Alors, le dirigeant de Nissan est-il emprisonné dans un ergastule des temps modernes ? Je vous laisse juge. Mais Le Monde correct emploie volontairement cette comparaison pour souligner les conditions de détention quelque peu spartiates du pédégé français.

Sinon, et sans rapport aucun, Ergastule possède une anagramme au scrabble : régulâtes.

ergastule
ergastule

 

 

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s